Navegación – Mapa del sitio

Prologue

Guénola Capron y Caroline Stamm
Este articulo es una traducción de :
Prólogo

Texto integral

  • 1 C’était l’objet du colloque «Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation» organi (...)

1L’ouverture des économies nationales aux capitaux étrangers, la métropolisation des villes, l’augmentation des mobilités, ont largement transformé les dynamiques commerciales contemporaines. En Amérique latine comme ailleurs, les groupes internationaux de la grande distribution se sont imposés face à des acteurs nationaux, disséminés, peu organisés et peu concentrés, entraînant des recompositions de ce secteur d’activité et une diversification des formats commerciaux, mais aussi des évolutions dans la pratique de la ville et dans les modes de consommation : c’est la consécration des centres commerciaux, apparus au Mexique, en Colombie et au Venezuela dès la fin des années 60, mais dont la véritable expansion date de la fin des années 80.1 La dite « modernisation » de l’appareil marchand a eu des conséquences encore peu étudiées sur les difficultés et le déclin des commerces indépendants familiaux. C’est en tous cas à ce moment, quelles qu’en soient les causes (diminution de l’emploi industriel et tertiarisation des économies urbaines, en particulier dans la branche des services, métropolisation des grandes villes) que les activités souvent considérées comme informelles dans les pays du sud, ont connu une explosion considérable.  

  • 2 C’est l’objet d’un numéro de la revue Alteridades sur commerce et identité, coordonné par Ángela Gi (...)

2 Le commerce est une entrée peu usuelle mais intéressante pour comprendre la diversité et la complexité des dimensions économiques, sociales et politiques qui composent l’organisation des métropoles. À la différence d’autres activités (industrie, services aux entreprises), il est en effet à la croisée de logiques sociales, sociétales, culturelles et économiques2 ce qui en fait un enjeu considérable pour la gestion et la programmation du développement des villes. Pourtant, étonnamment, il a souvent été oublié par les chercheurs comme par les politiques publiques. Les acteurs de la distribution marchande, qu’ils soient formels ou informels, ambulants ou établis, et les pouvoirs publics, ont d’ailleurs longtemps eu des intérêts antagoniques, ce qui reflétait des dichotomies classiques dans les structures de pensée, les catégories et les représentations, entre public et privé, économie et politique, État et société. Les pouvoirs publics cherchaient ainsi, au mieux, à limiter et à contrôler l’expansion des activités marchandes sans en comprendre les logiques économiques et spatiales, en ignorant complètement les pratiques des citadins, tandis que les commerçants et les entreprises de la distribution se contentaient de maximiser leur profit, sans souci pour l’équité sociale ou le développement des territoires. Cependant, dans le contexte politique et économique néolibéral, les rapports entre les pouvoirs publics, les acteurs économiques et la société civile ont changé, et le commerce en est un bon analyseur.

3 D’autant plus que, dans le même temps, au cours des dernières décennies, les pays d’Amérique latine ont connu des transformations politiques majeures, qui ont modifié en profondeur et durablement les conditions de l’action des pouvoirs publics. Sur fond de démocratisation et de décentralisation, les villes s’imposent comme des acteurs à part entière et on assiste à la recherche de nouvelles formes de gouvernance urbaine notamment avec l’ouverture de l’action publique au secteur privé et à la société civile. La problématique de l’analyse des politiques publiques a changé : la représentation top/down ne se prête plus aux analyses contemporaines, car elle sur-interprète le rôle des autorités gouvernementales et leur volonté et nie la complexité de l’action conjointe entre différents acteurs. Les autorités doivent aujourd’hui composer avec des publics multiples de politiques qui agissent et discutent leur contenu.

4 Dans ce numéro de Trace, il s’agira de répondre aux questions suivantes : quelles sont les formes de la régulation des activités commerciales ? Comment prennent-elles en compte les dimensions spatiales et sociales du rapport des individus et des ménages au territoire ? Quelle est la relation entre les agents privés et publics dans leur planification ? Assiste-t-on à une recomposition des rapports de force et de la gestion des territoires entre les différents acteurs ? Les mutations éventuelles vont-elles jusqu’à remettre en cause les frontières traditionnelles entre les domaines d’intervention respectifs des différents acteurs?

  • 3 L’ “ambulantage” dans les pays du Nord et du Sud est ainsi l’un des thèmes de deux numéros à paraît (...)

5 L’objectif de ce numéro est de proposer diverses réflexions sur la manière dont les politiques publiques abordent le commerce dans le contexte latino-américain, grâce à des études prises essentiellement au Mexique, mais aussi au Brésil, et au regard des évolutions de ce continent, en Europe (en France et en Espagne) : la mondialisation, à travers la diffusion d’artefacts et d’objets de consommation standardisés par des acteurs dont les territoires sortent des frontières nationales, impose un regard transversal qui ne fasse cependant pas fi des singularités nationales ou locales. En particulier dans le cas de l’Amérique latine, l’importance numérique des petits établissements commerciaux indépendants et des étals ambulants différencie, surtout de par leur présence massive, les pays du nord et les pays du sud.3 Nous visiterons donc des métropoles latino-américaines, des capitales régionales européennes, des centres urbains et des périphéries. L’ouverture à d’autres contextes, où il existe des lois d’urbanisme commercial, et où les structures marchandes en sont à un stade différent, permet aussi de poursuivre la réflexion sur le commerce des villes des pays dits intermédiaires. Par ailleurs, ce numéro a pour ambition de compléter la lecture « par le haut » des politiques publiques par une approche « par le bas » au travers de l’étude des pratiques commerciales des citadins. Combiner ces deux approches met en lumière le phasage ou le déphasage entre les politiques publiques et les pratiques sociales.

6 Les cas de la France et de l’Espagne illustrent à merveille l’échec d’un type de politique publique qui, dans les années 80 et 90, visait surtout à contrôler l’implantation des grands équipements marchands selon des principes hiérarchisés et duels tels le centre versus la périphérie ou le petit commerce versus le grand commerce. C’est paradoxalement dans ces deux pays  que les sociétés d’hypermarchés et les promoteurs de centres commerciaux se sont le plus développés, notamment par rapport à l’Europe du nord où s’imposait une autre vision des rapports entre ville et commerce. Pourtant, il semblerait que les choses changent : alors que les centres-villes étaient les domaines d’intervention par excellence des pouvoirs publics et les périphéries les territoires de vastes zones commerciales qui trouvaient là un terrain d’expansion rêvé, les groupes de la distribution ont adapté leurs stratégies en saisissant au plus près la demande de plus de proximité  des habitants des grandes villes.

7 C’est ce que montre Brice Navereau dans son article sur le commerce de proximité dans les villes de Toulouse dans le sud-ouest de la France et de Saragosse dans le nord de l’Espagne. Dans ces métropoles régionales, les petits formats du type supérette déployés par les grands acteurs de la distribution côtoient des formes plus traditionnelles de commerce, privilégiant dans les deux cas le maintien des tissus commerciaux de proximité. Le renforcement des logiques de proximité qui accompagnent, ici et là-bas, l’expansion des mobilités urbaines, appelle une réponse de la part des décideurs publics, qui articule les différents segments des politiques métropolitaines (contrôle de la localisation des activités commerciales, mobilités urbaines, etc.) et prenne en compte la diversité de l’appareil marchand. Certes, on peut se demander si la saturation commerciale des périphéries urbaines et les menaces que font peser les perspectives de croissance des achats par Internet sur les hypermarchés, en Europe, ne pousseraient pas un peu les promoteurs et les grands distributeurs à chercher de nouveaux débouchés. Mais il n’en reste pas moins que ces développements soulignent l’importance de ne pas séparer les pratiques commerciales des habitants des actions de la puissance publique.

8 C’est en effet parce qu’ils sont quotidiennement usagers de la ville, parce qu’ils sont résidents, navetteurs, mais aussi consommateurs, que les habitants sont des acteurs sociaux à part entière. Ángela Giglia et Emilio Duhau proposent ainsi une lecture « par le bas » des pratiques de consommation -achats et loisir- des habitants de Mexico. Ils observent l’explosion simultanée et paradoxale dans la métropole du commerce intégré et du commerce informel et ambulant. À partir d’une enquête menée dans différentes aires témoins de Mexico, ils concluent à la recomposition des pratiques différenciées de consommation des habitants dans une métropole inscrite dans des dynamiques tout à la fois globales et locales, où personne n’échappe ni aux unes ni aux autres. Contrairement à ce qu’on en dit souvent, ils soulignent le fait que, dans les pratiques, le commerce intégré est complémentaire du commerce étiqueté d’informel. Loin d’un dédoublement des pratiques en fonction des types de commerce et des modes de consommation, les différents types d’appareil marchand se diffusent dans toute l’agglomération, selon des logiques qui, de même que le montre Brice Navereau pour d’autres contextes géographiques, combinent les économies de la proximité et de la mobilité. On assiste ainsi plutôt à une très forte segmentation sociale des clientèles en fonction de la localisation résidentielle : c’est une modalité importante de la ségrégation urbaine, qui est loin d’avoir fait disparaître les classes sociales.

9 Les shopping centers sont les artefacts probablement les plus caractéristiques des transformations de l’appareil commercial des villes américaines. Lieux de sociabilités diverses (jeunes, familles, etc.), ils sont présents depuis plusieurs décennies dans les villes d’Amérique latine et sont aujourd’hui créateurs de nouvelles centralités. La centralité étant un grand principe d’aménagement de l’espace, Catherine Paquette choisit d’analyser la position des planificateurs face au développement des centres commerciaux et d’étudier comment les acteurs publics réagissent à la création de nouvelles centralités par des acteurs privés. À partir d’une analyse des plans et programmes de développement du District Fédéral et de la zone métropolitaine de Mexico, elle démontre qu’il y a un déphasage entre la planification et l’existence de centres et sous-centres urbains constitués autour de plazas comerciales. La vision négative qu’ont les planificateurs de ces nouvelles centralités, s’opposant à celle positive des centres « traditionnels », l’inscription de la réflexion dans une pensée moderne reposant sur une hiérarchisation des centres, qu’on peut estimer dépassée dans la mesure où elle ignore le  fonctionnement réel du polycentrisme de la métropole mexicaine, impliquent l’absence d’action des pouvoirs publics. Ce positionnement peut sembler contradictoire quand on songe à l’ampleur de l’entrée du néolibéralisme dans les économies latino-américaines, et aux changements concomitants de l’urbanisme qui a évolué dans les années 90 de principes de planification moderne vers un aménagement flexible.

10 De fait, il convient de souligner que peu de pays ou de villes en Amérique latine ont véritablement pris des mesures visant à réglementer l’implantation des grands équipements (hormis, notamment, la province de Buenos Aires en 1996, avec un retentissant échec). En revanche, les centres commerciaux ont été utilisés comme instruments d’aménagement ou de valorisation foncière dans le cadre d’opérations d’urbanisme mixtes combinant capitaux privés et publics ou, du moins, initiative publique et financement privé. Ces opérations, spectaculaires, successions de tours à l’architecture futuriste, de centres commerciaux, quartiers résidentiels sécurisés et autres établissements privés, sont en tous cas symboliques du nouveau paysage que ces villes veulent afficher face au reste du pays et du monde. Yadira Vázquez analyse ainsi le cas de deux power centers mexicains construits dans les années 90 : Santa Fé à Mexico et Angelopolis à Puebla. Elle retrace l’histoire des opérations d’urbanisme pour lesquelles deux des plus grands centres commerciaux mexicains ont servi de moteurs, démontrant le rôle central des pouvoirs publics non seulement au niveau de la dotation en infrastructures et services mais également en tant qu’agent promoteur et catalyseur des investissements privés dans le cadre d’un partenariat public/privé.

11 Dans un contexte assez similaire à celui de Mexico, Guénola Capron étudie le rôle des complexes commerciaux dans la planification urbaine et l’intervention des acteurs sociaux engagés dans la production des nouvelles périphéries de classes moyennes-supérieures à Rio de Janeiro. Barra da Tijuca, pendant carioca de la vaste opération de Santa Fe à Mexico, constitue aujourd’hui l’une des principales « centralités périphériques » de la ville de Rio. Si la très vaste opération menée dans des terres peu urbanisées, dotées d’un écosystème fragile, est largement antérieure à celle de Santa Fé et a été impulsée dans les années 70 par le secteur public selon des principes d’urbanisme moderne, force est de constater que, quarante ans plus tard, elle a été largement rattrapée par les logiques d’aménagement privées. Le cas d’étude d’un shopping center de Barra da Tijuca démontre qu’en dépit de l’existence d’instruments de régulation, le laissez-faire est une modalité d’action récurrente des pouvoirs publics dans les périphéries urbaines, où, en dehors de quelques actions phares, ce sont les agents économiques privés et les habitants qui s’imposent parfois à l’encontre d’une administration publique divisée.

12 Le centre-ville, en tant que support de mémoire et de modernité, est bien le lieu d’affichage de l’intervention municipale. Ainsi, c’est d’abord parce qu’il est massivement présent dans les centres que le commerce de rue, informel ou ambulant, fait partie de l’agenda politique de la plupart des villes latino-américaines. Le commerce ambulant est en effet l’un des moteurs des économies urbaines, mais aussi l’une des faces du paysage des villes. Phénomène croissant dans la métropole de Mexico, il est l’objet de politiques publiques dans les espaces centraux et tout particulièrement dans le centre historique de Mexico, où diverses actions ont tenté d’éliminer cette pratique commerciale. Au vu des enjeux, le nombre d’acteurs politiques et sociaux oblige les différentes parties en présence à s’affronter ou à négocier. Caroline Stamm s’intéresse, dans le contexte de transition politique mexicain, à un type de politiques fréquemment mises en œuvre par les administrations municipales : la construction de centres commerciaux populaires, ici au début des années 90. Elle analyse les changements des conditions d’exercice de l’action publique au travers des transformations de l’organisation politique des vendeurs ambulants à la faveur du multipartisme qui s’instaure à ce moment-là : en s’affranchissant des organisations liés au parti unique, en s’affiliant parfois au parti émergent ou en s’autonomisant complètement, certaines associations de marchés ont gagné en indépendance et ont vu leur fonctionnement se démocratiser. Caroline Stamm démontre, dans le cadre des centres commerciaux populaires, la multiplication des acteurs politiques et les avancées en direction d’une action publique multiforme.

13 Au terme de ce parcours, on pourra penser que ce numéro n’a pas répondu à toutes les questions posées au début du texte. Y a-t-il véritablement quelque chose de neuf sous le soleil des relations politiques entre ville et commerce ? Il aurait sans doute fallu s’arrêter sur le petit nombre d’opérations significatives de véritables tournants ou de prémisses de changements dans la conduite des affaires de la ville liées au commerce : par exemple dans les manières d’envisager le commerce comme le lieu d’une pratique sociale, tout à la fois privative et publique, combinant des mobilités de plus en plus complexes et une demande de proximité. De toute évidence, par exemple, il ne semble pas qu’il y ait eu un changement de mentalité considérable au cours de cette dernière décennie, si ce n’est qu’on voit poindre de nouvelles formes de gouvernance urbaine qui combinent le privé et le public, pas nécessairement au nom d’une avancée vers plus d’équité mais vers l’accès malgré tout assez généralisé des citadins à une consommation « de masse », y compris au prix d’une certaine exclusion. Les habitants, les usagers et les consommateurs sont étrangement absents de la conduite des politiques publiques, sauf quand ils interviennent en tant que résidents, souvent de classes moyennes : en géneral toujours au nom de leur qualité de vie, à tort ou à raison, également au nom d’une impossible et paradoxale autonomie vis-à-vis de commerces qu’ils se représentent comme une source de nuisances et d’intrusions. Pourtant, leurs pratiques d’achat et de loisir, leurs mobilités sont déterminantes de l’évolution de l’organisation des villes à une échelle métropolitaine qui transcende les limites municipales. Le commerce ambulant est d’ailleurs généralement considéré comme un ennemi si ce n’est à abattre, du moins à canaliser. C’est pourtant bien dans ce segment d’activités que l’on observe des nouvelles formes de la négociation et de l’action entre associations civiles et pouvoirs publics, qui rompent avec un clientélisme ambiant des organisations politiques latino-américaines.

Inicio de página

Notas

1 C’était l’objet du colloque «Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation» organisé par le CEMCA, la UAM-Iztapalapa et la UIA (Guénola Capron, Jérôme Monnet, Ángela Giglia et Carmen Bueno) les 11, 12 et 13 juillet 2005, à la Chambre nationale de commerce de la ville de Mexico.

2 C’est l’objet d’un numéro de la revue Alteridades sur commerce et identité, coordonné par Ángela Giglia, à paraître en 2007.

3 L’ “ambulantage” dans les pays du Nord et du Sud est ainsi l’un des thèmes de deux numéros à paraître en 2007 dans la revue Cybergéo et coordonnés par Jérôme Monnet.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guénola Capron y Caroline Stamm, « Prologue », Trace [En línea], 51 | 2007, Puesto en línea el 23 octubre 2009, consultado el 28 abril 2017. URL : http://trace.revues.org/661

Inicio de página

Autores

Guénola Capron

Es investigadora y geógrafa egresada de la Escuela Normal Superior (ENS) de Fontenay-st. Cloud. Realizó una maestría en planeamiento, urbanismo y desarrollo local en el Institut d’Études Politiques de París (1990) y un doctorado en geografía y planeamiento urbano, Toulouse-2 le Mirail (1996). Es investigadora en el CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) y docente del DEA (Diplôme d´Études Approfondies) en Estudios sobre América Latina. Sus principales ejes de investigación son: las transformaciones del espacio público y del paisaje urbano en América Latina; la modernización del comercio minorista y sus efectos territoriales; los modos de consumo y las prácticas urbanas de las clases medias latinoamericanas. guenola.capron@gmail.com

Artículos del mismo autor

Caroline Stamm

Obtuvo el doctorado en urbanismo por parte de la Universidad de Marne-la- Vallée. Fue becaria del Centre de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA) en México. Ha colaborado con el Instituto de Geografía de la UNAM. Fue coordinadora  del seminario El ambulantaje en la Ciudad de México: investigaciones recientes, mismo que se editó en su versión CD-Rom para el Programa Universitario de Estudios sobre la Ciudad (UNAM - CEMCA). Organizó una mesa redonda sobre el comercio en Lima, Perú para el IFEA (Instituto Francés de Estudios Andinos. stammcaroline@hotmail.com

Artículos del mismo autor

Inicio de página